Pages Menu
logo_sihat
Menu

Posté le 15 Juin, 2016 dans Nutrition/Diététique, Traitements M. Chinoise

Les 5 saveurs de la diététique chinoise

Les 5 saveurs de la diététique chinoise

 

Harmonie des 5 saveurs 

 

Les cinq principales saveurs de la diététique chinoise sont l’acide, l’amer, le doux, le piquant et le salé. Chaque saveur possède une action spécifique dans l’organisme et engendre des effets métaboliques précis. Bien qu’ils ne soient pas pris en compte par notre science moderne, ces effets sont bien réels et permettent d’expliquer les propriétés médicinales de la plupart des aliments. De plus, chaque saveur est en relation avec un organe. Mais comme, selon la théorie de la médecine chinoise, chacun des cinq organes principaux (foie, cœur, rate, poumon, reins) gouverne aussi la nutrition d’un certain nombre de tissus, on peut dire que les saveurs agissent sur l’ensemble du corps.

L’acide agit spécialement sur le foie, l’amer sur le cœur, le doux sur la rate, le piquant sur le poumon et le salé sur les reins. Il faut savoir qu’une saveur, en quantité modérée, équilibrée, nourrit l’organe qui lui est associé. Manquer d’une saveur induit donc une malnutrition de l’organe correspondant ainsi que les tissus corporels qui en dépendent. Mais à l’inverse, un excès de cette même saveur lèse cet organe, entravant son bon fonctionnement et provoquant des troubles dans l’organisme. L’harmonie des saveurs est donc fondamentale à notre équilibre. C’est pourquoi, il faut manger varié, avec les cinq saveurs, et éviter une alimentation tournant toujours autour des mêmes goûts…

 

La saveur acide

 

  • Nourrit le foie et ses correspondances : vésicule biliaire, yeux, ongles, tendons…

  • Retient et rassemble les tissus (évite les échappements anormaux d’énergie ou de substances : sueur, sperme, liquides, selles, urines, sang, etc.). Les aliments de saveur acide sont souvent utilisés pour aider à arrêter les diarrhées, la transpiration incessante, les leucorrhées, les hémorragies, les toux incessantes, lorsque ces troubles sont provoqués par une déficience de l’organisme.
  • Engendre les liquides (notamment en association avec la saveur douce, elle traite ainsi la soif). 

La saveur amère

 

  • Nourrit le cœur et ses correspondances : intestin grêle, langue, vaisseaux, visage…

  • Draine vers le bas, fait descendre l’énergie en excès, les facteurs pathogènes, la chaleur.
  • Draine le feu (une méthode pour éliminer les phénomènes de type chaleur). Ce que nous appelons chaleur en médecine chinoise est souvent une hyperactivité physiologique ou pathologique, qui entraîne par exemple : teint rouge, inflammations oculaires, aphtes, éruptions cutanées, constipation avec selles sèches, cystites, soif, urines foncées et peu abondantes, etc. L’insomnie, l’agitation, l’irritabilité et la tendance à se mettre facilement en colère peuvent également être des manifestations de chaleur dans l’organisme.
  • Assèche l’humidité (froid ou chaleur). Elle permet donc d’éliminer l’excès d’humidité dans le corps. 

La saveur piquante

 

  • Nourrit le poumon et ses correspondances : gros intestin, nez, peau, poils…

  • Disperse et fait transpirer (agit surtout sur l’énergie du poumon, l’énergie défensive, la surface du corps).
  • Fait circuler (énergie, sang, liquides… les stagnations internes).
  • Humidifie (notamment les reins en stimulant la source supérieure des liquides).

La saveur salée

 

  • Nourrit les reins et ses correspondances : vessie, oreilles, os, cheveux…

  • Ramollit ce qui est dur et disperse les indurations. elle a la propriété de ramollir ce qui est anormalement dur comme les kystes, nodosités, goitres, lipomes. Un exemple en est l’action de certaines algues pour aider à traiter le goitre.
  • Fait descendre, purge en abaissant. Par exemple, l’eau salée a une action intéressante en cas de constipation, car elle ramollit les selles et favorise leur évacuation en les faisant descendre.

La saveur douce

 

La saveur douce nourrit, tonifie, et humidifie. Cette saveur agit comme un fortifiant général. Elle favorise la production de l’énergie, du sang et des liquides organiques. La plupart des céréales et des légumineuses sont de saveur douce. C’est pourquoi elles constituent dans presque toutes les traditions la base de l’alimentation. Le lait, de nombreux fruits, et le sucre également sont de saveur douce. Ils humidifient l’organisme et apaisent la soif.

La saveur douce a également pour effet de relâcher les tensions. Vous l’avez certainement expérimenté lors d’un stress émotionnel. Les aliments que l’on a tendance à rechercher spontanément, dans ce type de situation, sont des aliments de saveur sucrée. La saveur douce atténue aussi les spasmes et soulage les douleurs, comme le fait par exemple le sucre de canne dans le cas de douleurs abdominales ou de douleurs des règles.

En résumé, la saveur douce

  • Nourrit la rate et ses correspondances : estomac, bouche, chairs (muscles), lèvres…

  • Nourrit, tonifie (Qi, sang, Yin, Yang).
  • Relâche les contractures, les tensions (« antispasmodique »).
  • Harmonise l’effet des autres saveurs.

La saveur douce et les pathologies

Selon la médecine chinoise, la rate et l’estomac, les deux organes majeurs de la digestion, sont associés au doux. C’est pour cela que si l’on consomme trop d’aliments de saveur douce (et a fortiori très sucrés comme le sucre de canne ou de betterave), les fonctions digestives s’affaiblissent, les chairs trop nourries prennent du volume. C’est ce phénomène que l’on observe en cas de surpoids ou d’obésité. Mais l’excès de sucré peut être également à l’origine de troubles tels que troubles du transit, rhinites, sinusites, hypoglycémie, hypercholestérolémie, etc. De plus, les textes médicaux chinois anciens disent qu’il peut entraîner des effets néfastes sur les os, les cheveux, les muscles…

Par conséquent, la saveur douce a des avantages et des inconvénients. Chaque aliment caractérisé par cette saveur possède une action spécifique sur le corps.

 

Source : www.sionneau.com

Pour en savoir plus :

« Ces aliments qui nous soignent – la diététique chinoise au service de votre santé », Philippe Sionneau et Josette Chapellet, Editions Guy Trédaniel.

« La diététique du Tao », Philippe Sionneau et Richard Zagorsky, Editions Guy Trédaniel.

 

 

Pin It on Pinterest

Shares
Share This

bulletin Sihatmagazine

 

Si vous voulez vous tenir informé(e) de l’actualité de sihatmagazine a, abonnez-vous à notre newsletter.

Félicitation pour votre inscription.